Articles

Affichage des articles du février, 2010

Google+ Followers

Ce jour, je ne livre pas de commentaire versus RH. Non. Attention, ici upercut! En cliquant ici, vous visionnerez une vidéo très courte et absolument inédite. Vous y verrez un homme, au visage radieux, sans bras, sans jambes, jouant de la musique et adressant à la face du monde son message. Message fort. Il est tombé. Il en a payé le prix. Il s'est relevé et il a compris. Peut-être sentirez-vous comme moi dans l'expression de son visage, après ses efforts, cette dignité, dans son regard, teintée de lucidité, de fierté légitime et de pudeur exprimant et appelant un amour totalement désintéressé. Homme tronc oui. Et l'essentiel de l'homme avant tout, surtout? Son témoignage n'est ni glauque ni appelant la pitié : il vous émouvera quasi à coup sûr et il vous rendra conscient. Sans emphase et en un mot, oui, vous allez, je crois, apprécier encore plus la vie et notre condition humaine. Visionnez ce film en cliquant ici.

Nouvelle qui fait du bruit et qui étonne : selon le baromètre cadremploi et une étude menée rondement par l'ifop en janvier 2010, 66% des cadres seraient confiants dans l'avenir de leur poste. Tout en étant pleinement conscients des impacts de la crise, voire impactés eux-mêmes et tout aussi pessimistes sur l'avenir incertain du monde professionnel en général. Quoi? Comment? Pourquoi? En fait, selon l'analyse faite par l'auteur de l'article publié ci-dessous , l'hypothèse pas jolie jolie expliquant cet optimisme contradictoire serait que 1/ les cadres fonctionneraient "en mode égo_égo et mon égo je t'aime, je suis le plus fort et 2/ je me fiche royalement des autres traduction 3/ je fais l'autruche et je me gère comme un parfait warrior sans scrupule". Et voilà! Blindés, il sont. Se croyant omniscients et surpuissants, voire se dopant de pilules bleues en cachette, c'est le chacun pour soi. Le stress en entreprise? Et puis après? Ce sont les autres, pas moi, qui en souffriraient se disent-ils. Hélas! Ils en souffrent en fait déjà. En faisant du déni de réalité sur leur propre situation pro et sur les autres soi-disant "plus faibles". Attention. Ces warriors sont d'autant plus vulnérables car se croyant invincibles. Miser sur une confiance aveugle car euphorisante en ces troupes de cadres en béton faussement armé pour qu'ils soient la locomotive de l'entreprise, non. Rester vigilants et agir pour leur apprendre qu'ils risquent de clasher frontalement contre un mur insoupçonné, cad l'échec, inconnu chez eux et rendant tout rebond impossible alors ensuite après, oui. Ces statistiques sont des chiffres, manipulables et interprétables. Sachons anticiper pour mieux gérer le présent comme l'avenir de ces cadres qui sont via cet optimisme affiché aux dents longues si incohérent un indicateur de plus qui clignote sur l'urgence d'une réflexion globale sur un modèle d'organisation qui enfin, ne laissera personne, à plus ou moins court terme, sur le bord de la route. Action!

Comment est perçu le monde du travail des parents par leurs enfants en âge d'en avoir une image assez claire, ici les adolescents? Le Baromètre 2009 de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale a mis l’accent sur le regard des adolescents sur le monde du travail. Deux tiers des 500 jeunes interrogés qualifient le travail de leurs parents stressant, fatigant, voire très dur ! Cette génération et ceux qui rentrent tout juste ou qui sont depuis quelques années entrés dans la vie active ne veulent pas de cette vie-là, de ce travail-là. Leurs parents non plus. Je parle de prise de conscience des dirigeants et d'une (r)évolution de l'organisation, culturellement attendue car historiquement inscrite, oui, attendue par beaucoup, par l'immense majorité. Par quoi commencer qui ne soit pas un pansement urgo? Pour préparer l'avenir en pensant/pansant le présent, le mot urgence n'est plus approprié. Il devient indispensable d'agir maintenant et pas n'importe comment. Sinon, la France va imploser ou se révolter avec un tel fracas que prévenir et guérir les risques psychosociaux dans l'entreprise seront devenus des axes certes majeurs et encore possibles mais arrivant trop tard. Action!

La grenade du stress a éclaté. Et son cortège d'actions_vitrines : pourquoi seules les entreprises de + de 1000 salariés devraient-elles pointer leur curseur sur lui; et toutes les autres alors? Celles où travaillent la majorité de la population active? Bref. C'est déjà un pas. Mais restons bien plantés et avec les idées claires car "pour combattre ces maux, la bataille fait rage. D'un côté, les adeptes de la gestion individuelle du stress veulent développer la capacité de chaque salarié à faire face. Pour eux, le mal-être émane de situations individuelles. De l'autre, les partisans des transformations organisationnelles estiment que l'entreprise doit réduire les contraintes pour ses collaborateurs. A leurs yeux, le risque est collectif et prend sa source dans l'organisation du travail." Faut-il trancher nécessairement? Oui et non. Il me semble nécessaire d'attaquer le problème à sa source via une approche collective versus revoir l'organisation et sa stratégie et aussi; versus gestion individualisée car chaque salarié-e est impacté-e plus ou moins directement et fortement car toujours subjectivement par ce paradigme extérieur bien concret auquel il se trouve confronté : son environnement de travail au sens large. Tout est donc encore une fois lié et relié. Ne gaspillons pas notre énergie dans ces querelles d'approche aux enjeux dépassant sans doute aussi le "purement théorique" et tendons vers un dispositif de diagnostic certes affiné mais aussi transversal pour apporter un mode résolutoire complet prenant l'ensemble des paramètres en compte. Je sens que vous êtes d'accord. Continuons, voulez vous?! Oui!

Thomas Chardin, expert RH reconnu, nous livre sa réflexion publiée également sur le site viadéo.com. La DRH, pour être plus crédible encore et jouer pleinement son vrai rôle, doit être "irréprochable" dans son but premier traditionnel, à savoir l'expertise administrative et savoir s'en dégager en externalisant nombre de ses services afin de pouvoir se consacrer à ce qu'on attend vraiment d'elle aujourd'hui encore plus qu'hier : innover, créer, ajouter de la valeur au capital humain qu'elle gère. Lisez l'article ci-dessous, lumineux, direct et si vrai. A faire circuler. Conduire le changement dans les organisations passe par une DRH enfin libre d'apporter sa vision stratégique. C'est ici le vrai sens de l'externalisation RH.

Le site rhline.com nous apporte un article encore une fois bien carré et utile. Il semble qu' " une prise de conscience lente des entreprises soit en marche.Les actions prioritaires des entreprises sont la formation à la gestion du stress et des priorités, l’aide individuelle aux salariés et l’adaptation des horaires." Bien. c'est vrai, c'est une bonne nouvelle. Mais. Il y a un mais. Pourquoi "guérir" et non "prévenir"? Autrement dit, au lieu d'offrir une batterie de formations en gestion du stress, ne vaudrait-il pas mieux anticiper en allant à la racine du stress et le désamorcer? Le stress apparait quand il y a déséquilibre pour un individu entre ses ressources personnelles de tout ordre et ses contraintes. Le mode d'emploi est donc tout trouvé. Priorité doit être mise sur une réelle prise en compte individualisée des ressources de chaque salarié au regard de ses astreintes afin d'éviter le clash non pas d'un-e salarié-e mais afin de permettre aux entreprises de miser sur un climat social actif et sain au long cours. En d'autres termes, c'est humaniser en personnalisant la politique RH qui se doit de s'adapter aussi aux individus et non l'inverse. La révolution est en cours car une relative majorité des DG, DRH, coachs et experts est vraiment quasi convaincue, en tout cas très éveillée et réceptive. Action!

Le sublime chanteur Charlie Winston est persuadé que la lune a des fesses. Il est tout aussi convaincu que aimer s'apprend et que c'est la plus belle chose qu'un être humain puisse apprendre. Mais mais..."beaucoup de gens choisissent la peur plutôt que l'amour. Aimer demande du courage et la peur appelle la lâcheté". Je vous recommande vivement de vous laisser aller à visionner son interview lunaire en cliquant ici. C'est un véritable petit joyau de film vidéo, d'une justesse et d'une beauté humaine à tous points de vue qui ne peut que vraiment vous inspirer voire vous faire respirer un grand coup.Dernière chose à retenir sur cet homme_artiste au coeur diamant doux : son père était un canard!