Recherche originale à 360° via n'importe quel mot contenu dans tout article rédigé sur ce média

15 janv. 2015

On est souvent la dernière personne à se connaître véritablement

Main tendue vers - Affiche in Subway - Date intemporelle


Fusillade Charlie Hebdo. Fusillade à l'Hyper casher. Le pire est que les communautés arabes et juives peuvent peut-être trinquer de nouveau. Et tout cela à cause de fanatiques islamistes. La situation n'est pas plus glorieuse côté hébraïque avec tous ces crimes d'enfants palestiniens. Ni du côté chrétien avec les assassinats de masse partout jadis. 


Dieu, s'il existe, est dit-on co-créateur du monde avec les humains : il nous aurait de plus donné le libre arbitre pour nous permettre d'agir et de penser avec discernement, et cerise sur le gâteau, au point même de nous laisser l'entière liberté de croire en Lui, de douter de Lui ou de ne pas croire. Le problème premier et récurrent est qu'il existe depuis la nuit des temps une minorité qui abuse de la grande majorité (trop) silencieuse. Et ce, pas qu'au niveau du terrorisme. Au niveau redistribution des richesses à l'échelle planétaire aussi. Idem pour les médias. La corruption. L'environnement. Etc etc. 

À quand le réveil du peuple ? Des peuples ? Et pacifiquement surtout. Il semble néanmoins que l'opinion, pas si bête, n'en déplaise aux affreux de tous bords, ne fait pas l'amalgame entre arabes, musulmans et terroristes islamistes ou entre juifs et sionistes d'extrême droite. C'est une bonne chose.

Avec mon apparence de métèque, même si n'étant ni juive ni arabe, mon impertinence, mon atypisme, ma valeur ajoutée intellectuelle et mes différents métiers dont celui de journaliste libre, je me suis sentie assassinée moi aussi par tous ces intégristes religieux ou ces extrémistes politiques. Et oui, j'ai souffert devant autant d'horreur et d'inhumanité. Comme beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens, en France, et à travers le monde, qui ont démontré une solidarité et une couverture médiatique absolument exceptionnels.

Le pire, pour les deux attentats qui ont secoué la France, est que c'est la république qui a enfanté ces barbares : ils viennent des banlieues, et sont partis en stage en Syrie, mais attention au piège tendu, celui de la division et des amalgames, il n'empêche, nous avons produit ces abrutis barbares. Heureusement les religieux modérés, les politiques modérés et les laïcs, dont le recteur de l'islam, François Hollande et quasi tous les partis politiques ont vite réagi et dénoncé ces crimes.

La République est là, debout et digne : beaucoup de monde manifestent encore aujourd'hui leur peine et ne se trompent pas de combat même s'il existe toujours des récupérations nauséabondes et des raccourcis incitant à la haine raciale ou antisémite, mais aussi d'une manière infime mais réelle, un encouragement à perpétuer de tels crimes, sur les réseaux sociaux notamment, dont le Patriot Act va prendre acte et désamorcer une bonne fois pour toutes.

On peut s'inquiéter cependant de la montée de l'attitude beauf cf stupide et raciste, ou du conformisme nivelant par le bas, ou du rejet de l'autre pour ses différences. Marine Le Pen attendait que Emmanuel Valls l'appelle pour aller à la manifestation de dimanche alors que le Fn, Dieudonné, qui s'est renommé Dieudonné Coulibaly sur Facebook, et Soral souhaitaient tous trois que Charlie Hebdo crève. À vomir. Autant que la Une de Valeurs Actuelles qui tuent une seconde fois Charlie Hebdo et ses valeurs en titrant "Et si Houellebecq avait raison ?". Charlie Hebdo condamne depuis toujours les atteintes à la liberté, le racisme et l'antisémitisme, et à sa façon. D'où les nombreux procès que lui ont intenté le Fn et autres groupuscules extrémistes, toujours en vain. Heureusement, l'opinion française n'est pas idiote. C'est déjà ça. Ensuite, des hommes peuvent mourir, pas les idées.

Ne pouvant me rendre hélas à la manifestation de dimanche dernier, j'étais scotchée devant ma Tv. Elsa Wolinski, sa fille, a affirmé : "Restons avant tout unis. Ne tombons pas dans la haine, ou le racisme, ou l'antisémitisme, et évitons les amalgames. Et surtout, après, ne votons pas Fn, sinon cette journée n'aurait servi à rien."

Les images de la place de la République étaient impressionnantes : plus d'un million de personnes défile sur Paris, quasi quatre millions dans toute la France et dans une ambiance très bon enfant. J'étais émue. 50 chefs d'état ou représentants étaient présents également. Ce fut une journée totalement inédite et exceptionnelle par la solidarité qui unissait les gens, quels qu'ils soient, pour condamner les discriminations raciales ou antisémites et défendre la République.

"Paris est la capitale du monde" a dit François Hollande, entouré d'autant chefs d'états importants. Ce n'est pas un G7 ou un G20 mais un G50. Le mot d'ordre lancé, particulièrement honorable, était de ne pas faire de récupération politique partisane et de laisser les citoyens manifester pour défendre notre République laïque. Les marches furent silencieuses mais que d'applaudissements.

Les messages sur les pancartes dans la manifestation et dans les discours à la Tv étaient unanimes pour dire que l'on soit juifs, chrétiens, musulmans, flics ou athées, on est avant tout des citoyens républicains et unis dans la liberté et la fraternité qu'offre la France solidaire. Ce fut vraiment une journée historique.

Luc Ferry prend l'antenne et déclare qu'une poignée de fanatiques peuvent vouloir mettre notre pays à terre. C'est vrai. Emmanuel Valls dit que la France sans les juifs ne serait plus la France. C'est tout aussi vrai.

Une mère musulmane d'une victime de Merah et portant le voile apparaît ensuite à l'écran. Elle a apporté son soutien au père d'une des victimes juives du magasin Hyper casher et dit combien la France a de nombreuses mosquées et synagogues et que le peuple très divers de France avait clamé au monde ses valeurs universelles de tolérance, de laïcité et de respect de l'autre. Ce qui est tout aussi juste. Sur tout l'hexagone, plus de 3,7 millions de gens ont manifesté.

Le terrorisme n'a pas de religion, rappelons le.

Les terroristes islamistes sont dits très déçus car il souhaitaient déclencher une vague sans précédent d'actes racistes et/ou antisémites partout chez nous et diviser la France. Pour y parvenir, ils avaient ciblé deux lieux hyper symboliques : Charlie et le supermarché Hyper casher. Ils ont échoué. Il nous faut continuer plus que jamais à brandir nos valeurs laïques, nous toutes et tous.

Lors de la cérémonie à la synagogue de la Victoire dimanche soir, le fait qu'il y ait des délégations arabes et musulmanes présentes, car elles-mêmes victimes des terroristes islamistes sur leurs propres territoires, leurs populations civiles arabes étant égorgées et tuées, en présence du premier ministre israélien, de François Hollande, d'Emmanuel Valls et de Nicolas Sarkozy; va à coup sûr faire bouger les lignes des états islamistes intégristes qui sont déjà de fait déstabilisés par cette union plus que symbolique entre pays musulmans, Israël et Occident.

Il ne s'agit pas d'être islamophobe mais de distinguer islam et islam radical. Il ne faut surtout pas oublier ou minorer aussi les inquiétudes de la communauté juive qui n'a jamais autant quitté la France pour Israël. Dans le 93, avant, tous les enfants juifs étaient scolarisés dans les écoles publiques. Aujourd'hui, 1/3 sont toujours dans le public, 1/3 sont dans des écoles privées juives, et 1/3 sont dans des écoles privées chrétiennes. 


L'école va mal. La pédagogie doit revenir en première ligne et partout. Idem pour la culture et l'art. La France a par trop abandonné ses priorités depuis à minima 40 années dont une : apprendre à être un citoyen(ne) de la République, et au quotidien. Les jeunes des ghettos en banlieue ont aussi été les grands oubliés. Je n'excuse pas les dérives ou leurs conversions à l'intégrisme islamiste : je les condamne fermement. Mais la prison rend celles ou ceux qui en sortent encore plus haineux et revanchards. Il y a nécessité urgente à mener un immense chantier d'éducation et de réinsertion des exclus de la République qui sinon se retourneront contre Elle et l'attaqueront de l'intérieur.

Nous avons donc chacun(e) d'entre nous, nous, les 66 millions que forment le peuple de France en France, une responsabilité immense et une mission très lourde d'enjeux, pour que, au quotidien, la liesse de dimanche dernier ne soit pas qu'éphémère mais durable.

Je ne veux pas gâcher notre joie de nous voir unis et forts face à la lutte contre le terrorisme mais pointer du doigt avec fermeté ce qui nous attend dès demain.

Soyons en toutes et tous à la hauteur, de par nos propos, nos prises de recul, nos comportements, nos pensées, tous emplis autant que possible de respect de l'autre dans ses différences, et en rejetant toujours fermement racisme et/ou antisémitisme.

C'est à chaque citoyen(ne) de France de relever ce défi. Et cet honneur.

Espérons que les peuples seront se tenir et se montrer "grands".

Aucun commentaire: