Thomas Dutronc, poète sensible et sensitif, bon vivant épicurien et subtil. Cliquez ici pour écouter attentivement sa plus belle chanson, peu connue. Et vous aurez une vraie prise de conscience. Une douce gifle qui fait du bien.

Extrait. "Oui, vous vous rappelez de ces cartes postales? Quand on était petit, les parents écrivaient la carte et nous, ça nous barbait alors on signait en bas. Et maintenant le temps a passé. Bordel ! Le temps passe toujours trop vite.J'aimerais écrire plein de cartes." 


Si justement décrite cette page de vie, qui remonte à si loin. L'égoïsme innocent et parfois cruel, le sentiment de toute puissance par rapport au temps et aux autres, y compris de ses grands parents, ses oncles & tantes si aimés pourtant, les enfants rois, car que rois alors, comprennent plus tard. Et les paroles de la chanson de Thomas Dutronc bifurquent ensuite vers une improvisation culinaire. Très savoureuse. Humoristique. Presque stridente. Il lance un cri. Un appel vibrant à la vie, aux jouissances terrestres et gastronomiques. Tout dans cette song, des cartes postales aux frites, renvoie au temps, à la prise de conscience de la vie des autres comme de la sienne. Pas de rage ni de précipitation. Juste un constat. Vivre et savoir vivre. Aller/Retour entre soi, la vie et autrui. Hum! N'attendons pas d'être ridé(e) comme une pomme pour appliquer au quotidien cette sagesse. C'est maintenant! C'est au présent qu'on vit, qu'on agit et qu'on donne et vibre. Oui! Décrochez votre téléphone. Appelez cet être cher, cet oncle solitaire, cette tante qui réussissait à merveille les fraises au sucre, cet ami qui traverse une passe difficile, cette mère qui sait  vous aimer, ce frère surbooké. N'oubliez pas. On a qu'une vie. Là,oui, j'aimerais écrire plein de cartes. Et vous?

Commentaires

Articles les plus consultés