Recherche originale à 360° via n'importe quel mot contenu dans tout article rédigé sur ce média

4 juin 2012

Halte aux stéréotypes réducteurs des personnalités dites difficiles en entreprise


La queue de cheval - Rue Lévis - Novembre 2011


Halte aux stéréotypes réducteurs des personnalités dites difficiles en entreprise

LE CERCLE. Ou comment l'individualisme_alter, mouvement sociologique que j'ai ainsi nommé, change la donne dans et hors entreprise.

SUR LE CERCLE
  • 16/04/2012 | 10:46

    L'absurdité des "Temps modernes" est trop souvent dans les bureaux

    la suite
  • 18/01/2012 | 11:05

    Tout le monde a-t-il du potentiel ?

    la suite
L'un d'entre eux présente en effet une classification simpliste, voire réductrice et inquiétante, sur les personnalités difficiles les plus vilipendées en entreprise. À sa vision, j'apporte mon éclairage de consultante RH et de sociologue 2.0 en désamorçant son argumentation. Son avis pouvait se montrer instructif, mais non.
Car ces personnalités dites difficiles illustrées par trois exemples "compactés" étaient des "profils types". Et là, une sonnette d'alarme a retenti. Bien que des repères soient salutaires pour avoir une guidance et aider le monde managérial, l'excès normatif et ses jalons ont leurs limites. En effet, les personnalités de chacun sont toutes diverses, plus ou moins riches, uniques et surtout beaucoup moins stéréotypées. 
Je cite maintenant ces trois exemples de personnalités dites difficiles :
1) Elles résistent aux exigences d’autrui.
2) Elles critiquent les "figures d’autorité".
3) Elles "font traîner" les choses.
Et là, je m'interroge, et je pense comme une quasi-majorité s'interroge aussi, et ce fort légitimement.
1) N'est-il pas aussi très utile que des personnalités s'affirment, et parfois avec force, notamment quand autrui exige peut-être "trop" ou "mal" ?
2) N'est-il pas salutaire que des personnalités critiquent des figures d'autorité lorsque cette autorité est sans fondement, voire réellement toxique ?
3) Ne sont-elles pas au contraire très utiles pour désamorcer des autorités illégitimes ? Et ce, tant dans le monde de l'entreprise que dans la société civile ?
4) Enfin, n'est-ce pas indispensable de différencier "faire trainer les choses" et "faire en sorte que des choses jugées néfastes, et ce parfois tant à titre individuel que collectif, n'arrivent pas" ?
Je me demande en fait si ces (faux) experts RH en coaching ne sont pas complètement hors phase avec notre époque où l'individualisme_alter appelée aussi l'ère humaniste, monte en puissance partout, et ce d'une façon irréversible et extrêmement forte, même si de manière souterraine.
Qu'est-ce que l'individualisme_alter ?
J'ai appelé ainsi ce mouvement sociologique contemporain de très grande ampleur au niveau sociétal, car il est composé d'individus et de collectifs très affirmés qui veulent plus et mieux tant pour eux-mêmes que pour tous. "Individualisme" renvoie à l'affirmation de soi, et "Alter" qui signifie "L'Autre" en latin renvoie à tous.
L'individualisme_alter est la résultante d'une conscientisation majeure d'une compréhension fine que font les masses de notre époque. Elle est notamment caractérisée par la réconciliation de ses propres intérêts avec ceux d'autrui. Dit autrement, nous sommes tous dans le même bateau, autant naviguer ensemble. La solidarité est affichée en coulisse, mais aussi de plus en plus ouvertement.
À l'origine de ce mouvement, il y a eu des électrochocs :
1) La crise financière et ses impacts négatifs sont rejetés, car jugés comme évitables notamment parce qu'ils sont ressentis par l'opinion comme étant pilotés par des groupuscules minoritaires.
2) L'avenir de la planète et ses écosystèmes en péril sont devenus des enjeux intégrés.
3) L'accès exponentiel à l'information grâce au web formant des esprits toujours plus critiques et moins dociles a accompagné ce mouvement.
4) La fameuse génération Y posant de nouveaux défis dans le monde de l'entreprise qui fait et fera naître un Nouveau "Monde" l'illustre parfaitement.
L'Histoire nous a montré que s'affirmer, critiquer l'autorité et résister étaient bien au contraire des attitudes indispensables et qui nous ont sauvés du chaos ou des dictatures.
L'humain ne peut et ne pourra jamais être ainsi "mis en boite" sinon on prend le risque majeur par des caricatures outrancières, sclérosantes et surtout infiniment toxiques de voir se proliférer des climats sociaux sans cesse plus délétères. Et pour méditer plus avant, je cite ici le philosophe Vauvenargues qui nous éclaire si bien :
- "Le courage est la lumière de l'adversité."
- "Le désespoir est la plus grande des erreurs."
Et aussi, une maxime que j'ai inventée : "les grandes pensées viennent du coeur résonnant raisonnant les rendant encore plus fortes que le joug qui cherche en vain à les étouffer."
Et l'opinion l'a bien compris.
Soyons simplement plus humains et sensés tout en restant rigoureux.

Aucun commentaire: