Recherche originale à 360° via n'importe quel mot contenu dans tout article rédigé sur ce média

3 oct. 2011

Peut-on être élu-e en parlant vrai?

Marche pensive - Les Halles - Novembre 2010

Peut-on être élu-e en parlant vrai?

Je rebondis sur ce débat_vraix-faux duel passionnant, découvert sur le hub viadeo intitulé "Stratégie ", dont voici le lien 
http://www.viadeo.com/hub/forums/detaildiscussion/?containerId=002rbm7c483payq&action=messageDetail&messageId=00285mt8iihg5vz&forumId=0021al3tdhgdvu5k; en évoquant un essentiel, à savoir les capacités à raisonner et résonner dont l'accès, non pas à l'information, mais à la culture est la condition sine qua non. 


Une tête bien faite s'en sort toujours mieux qu'une tête bien pleine dit-on.

Seul l'accès au bouillon culturel et au vécu permet, me semble-t-il, l'expression de son libre arbitre et de son esprit critique. Et comme le titrait déjà Télérama, en première de couverture il y a quelques années: "Madame Michu n'existe pas".

Résonner et raisonner?!

Oui.

Et c'est peut-être difficile à intégrer ou à appliquer mais c'est pourtant, je crois, l'une des seules issues que nous offre notre époque emplie d'incertitudes.

Retrouver ainsi cette ancre solide, enfouie en chacun-e, et dans toute organisation par extension, peut en effet permettre de pouvoir s'élancer vers tout nouveau rivage avec une appréhension moindre et des succès potentiels insoupçonnés pour tous et surtout, en rognant voire en coupant cette fameuse langue de bois.

Car ne nous y trompons pas.

Ce qu'évoque Robert Branche et ce que réfute Charles Merchin, c'est l'avènement sous Sarko 1er - osons cette pointe d'humour - d'une politique de fonds régressive et répressive sous couvert de diverses réformes qui n'ont de réformiste que le nom induisant alors en erreur, croyons nous à tort, la population par un discours séduisant dans la forme.

L'introduction d'un faramineux et très coûteux corpus d'outillages et habillages habiles constitué de conseillers en communication, en image et en marketing, et les différents vecteurs in extenso utilisés ont ridiculisé le monde politique qui est devenu, de fait, pour la masse un monde discrédité en qui elle n'a plus du tout confiance.

Les promesses non tenues et la distorsion flagrante entre les discours & actions ont engendré un monde politique où la forme a pris le pas sur le fonds nous menant dans une impasse, une béance, une cacophonie innommable; rendant alors de facto notre France, toutes classes sociales et origines ethniques confondues, martyrisée, appauvrie, indignée et essoufflée.

Ce qui a engendré dans un premier temps un succès relatif mais transitoire pour Marine Le Pen, qui a su récupérer via une analyse habile du système sarkozyste, les mécontentements et frustrations d'une partie non négligeable de l'électorat; électorat néanmoins trompé car on a beau avoir fait des études de droit et savoir faire des joutes verbales "indignées", le FN a changé de vitrine mais pas sa boutique.

Leurs têtes pensantes et agissantes restent et resteront en effet des faschistes, des ex-nazis, des racistes, des antisémistes, bref des anti-démocrates notoires qui véhiculent quantité de pseudo solutions nauséabondes telle une fange boueuse que le peuple rejette, on le sait, massivement.

Les prétentions de votes enregistrées pour le FN sont majoritairement des votes de désarroi et n'étant donc pas votes de conviction, ils rejoindront pour la plupart au final la case des votes blancs par esprit civique sauf si ces électeurs se laissent convaincre par des élu-es politiques non extrémistes émulés par un sursaut politique profondément citoyen et éclairé.

Que faire?

Certes, notre déficit est colossal et nous peinons à rembourser les emprunts des seuls intérêts de nos dettes.

Certes, les pays émergents, d'Asie notamment, n'ont pas ce problème et risquent à terme de donner raison à Jacques Dutronc - "Et moi, et moi, et moi" - en mettant les pays occidentaux sur la touche tant démographiquement que économiquement.

Certes, comme Cyrano, conserver son panache le plus longtemps possible est une stratégie envisageable mais surtout une stratégie de fuite et de plus suicidaire.

Comment s'y prendre alors?

Ne plus faire l'autruche?

Oser dire?

Oser faire?

Oser dire et faire en cohérence?

La population appelle le Politique et non plus le(la) Politicien(ne).

Les temps changent et les mentalités évoluent avec sa traînée de poudre, tantôt cruelle et sans doute méritée pour certain-es, tantôt salvatrice et de toute évidence attendue pour d'autres, et le plus grand nombre avec.

Alors, peut-on être élu-e en parlant vrai?

Peut-être bien que oui.

Le peuple résonne et raisonne.

Que les élu-es en prennent enfin acte.

N'en déplaisent aux courtisans et aux thénardiers du XXIéme siècle.

Je remercie au passage très vivement les deux gentlemen_duellistes Charles Merchin et Robert Branche pour la brillance de leurs argumentations car ils m'ont donné l'élan de m'inscrire à ce hub.

En espérant avoir apporté ma brique à l'édifice du changement attendu^^

Bien à vous.

Anne Verron
Consultante RH & Communication, Sociologue, Stratégie et Conduite du changement
Blog pro RH et Sociétal "Accompagner le changement"
http://www.photographieshumanistesanneverron.com
Blog pro Artistique et Sociétal "Des gens ordinaires uniques"
http://desgensordinairesuniques.owni.fr

Aucun commentaire: