Elections européennes ou vie au travail : le courage revient en force pour dire non au FN et stop au stress

Skaters (10) - Esplanade de la Bastille - Avril 2011

Vit-on dans une société moins courageuse aujourd'hui ? Cynthia Fleury, philosophe et chercheur, secoue et redonne espoir.

Parfois ça arrive. 

Quoi donc? 

Se sentir plus intelligent grâce à quelqu'un. 

Lorsque vous aurez entendu cette interview, vous aurez compris des essentiels. Je reste quasi sans voix ou plutôt disons sans plume face à cette intelligence féminine brillante, proche des gens et humble. Cyn­thia Fleury, philosophe de for­ma­tion, est chercheur à l'In­sti­tut des sci­ences de la com­mu­ni­ca­tion du CNRS (ISCC), Re­search Fel­low et As­so­ci­ate Pro­fes­sor à l'Amer­i­can Uni­ver­si­ty of Paris (School of Gov­ern­ment). Elle travaille sur les outils de la régulation démocratique.

Je retiens notamment 10 idées fortes, à la volée:

1. Le courage ne paie pas car on sait ce qu'on perd mais pas ce qu'on gagne.

2. Le prix du non courage se paye, aujourd'hui, beaucoup plus cher à terme.

3. Les travaux de Cynthia Fleury portent sur l'articulation entre la matrice individuelle et la matrice collective qui constitue de facto le lien nodal entre l'individu et le collectif . 

4. Il y a nécessité récurrente à rappeler qu'il existe un lien fort entre l'individu et un régime démocratique: c'est ce qu'on appelle l'individu démocratique.

5. La démocratie est faite de combats pour advenir.

6. Les classes dirigeantes tendent à instrumentaliser, et parfois de façon populiste, les citoyens, les salariés et les consommateurs.

7. Il y a non pas une fin du courage mais une volonté d'un dessaisissement du monde du travail par les travailleurs.

8. Il y a eu depuis l'émergence du capitalisme une instrumentalisation qui a conduit par trop à ce que le travail devienne non seulement central financièrement mais aussi spirituellement: "la centralité du travail est dévastatrice".

9. La frontière entre le juste et l'injuste s'est brouillée progressivement.Sont apparues des petites "démissions" devant tel ou tel abus, car par trop accumulés, et qui ont conduit trop d'individus à céder devant ces "corrosifs". Savoir dire "non" et savoir aussi dire "oui" est un acte de courage. Dans cet entre-deux, il existe un flottement assez toxique tant pour l'individu que le sociétal. 

A l'échéance des élections européennes ce 25 mai 2014, les sondages témoignent d'une majorité d'intentions de vote pour les partis d'extrême droite en Europe. Suivent derrière les partis politiques dits modérés. 

Sauver les démocraties de la peste brune, et donc ne pas voter FN en France, n'est pas qu'un acte de courage individuel et collectif : il est avant tout acte fondateur pour un avenir démocratique sauvé.     

10. De tous temps, les sociétés ont connu "un seuil de mélancolie". Notre société est en plein désarroi car elle est arrivée au bout de la régulation par l'intérêt privé. Ce qui peut protéger les sociétés de leurs propres désarrois, c'est une éthique du courage. Du courage individuel mais aussi du courage collectif.

L'interview dure 10 minutes. Vous pouvez aussi la retrouver en version longue en cliquant ici :


D'autres regards sur l'actualité

D'autres regards sur l'actualité

Syndiquer le contenuLe site de l'émission

La philosophe Cynthia Fleury

18.06.2010 - 12:40

ERIC CHAVEROU © RADIO FRANCE










Lecture
Et l'entretien en version longue :
Lecture
Invité(s) :
Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste, professeur de philosophie politique à l'American University of Paris
Thème(s) : InformationDébat   

Document(s)

Commentaires

elisa a dit…
Merci Anne pour cette excellente video.
Elisabeth Humbert
LAGG a dit…
Excellente réflexion mais j'ai beaucoup aimé aussi les questions et remarques de l'interviewer !

Raymond Vaillancourt
www.prospectgestion.com

Articles les plus consultés